Débat « Vers un droit à la déconnexion ? » – 12/03/2015

Débat « Vers un droit à la déconnexion ? » – 12/03/2015

L’association Sorbonne Numérique, dans le cadre de ses Jeudis de la Sorbonne Numérique, organise un débat sur le « droit à la déconnexion », jeudi 12 mars de 19h à 20h30 dans les locaux de NUMA au 39 rue du Caire, 75002 Paris.

Intervenants :

Mme. Caroline Sauvajol-Rialland est professeur à Sciences Po Paris, à l’ICD Paris et maître de conférence à l’Université Catholique de Louvain (UCL) et dirige So Comment, cabinet conseil en gestion de l’information en entreprise. Elle intervient en qualité de formatrice – notamment pour le CFPJ et le CELSA -, conduit une recherche doctorale sur « Les conséquences de la surcharge informationnelle sur la fonction décisionnelle du cadre dans l’organisation » et est auteure de « Infobésité » (VUIBERT 2013) et de « Mieux s’informer pour mieux communiquer » (DUNOD 2009). http://socomment.blogspot.fr/

M. Jean Luc Molins est secrétaire national de l’Union générale des ingénieurs, cadres et techniciens (Ugict-CGT). Cette dernière a initié en 2014 la campagne “Pour un droit à la déconnexion”. http://ugict.cgt.fr/deconnexio…

Me. François Coupez est Avocat à la Cour, Associé et cofondateur du cabinet ATIPIC Avocat. Spécialiste en droit des nouvelles technologies, enseignant à l’Université Paris II Panthéon-Assas, mais également au CFSSI ou au CELSA.

Il semble se dégager des outils informatiques un sentiment d’amélioration de la productivité et de l’organisation (5e entretiens experts de l’APEC 2014).
Ce sentiment s’accompagne de la nécessité d’une maîtrise technique de l’objet mais aussi d’une emprise temporelle (…)

Le Cloud et le faux sentiment d’être propriétaire des données / Cloud and the false sense of data ownership

Le Cloud et le faux sentiment d’être propriétaire des données / Cloud and the false sense of data ownership

Le phénomène du Cloud ne permet que difficilement aux grandes entreprises, mais aussi les PME et TPE de prendre conscience de leurs responsabilités concernant leurs données.

Toutefois, ce sentiment est purement psychologique et en rien juridique.

La propriété des données est la question centrale. La notion de propriété des données est également en train d’évoluer.

Même lorsqu’elle utilise les potentialités offertes par le Cloud, l’entreprise reste toujours responsable du traitement des données à caractère personnel conformément aux textes européens (actuels et à venir).

The phenomenon of cloud computing does not give a sense of responsibility for large enterprises and small and mid-cap companies.

This feeling is purely psychological and not legal.

Ownership is the key issue. The notion of ownership is also moving.

Even when using cloud computing services, the corporation is still responsible for processing (…)